top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurNaturoxo

L'alimentation, les notions de base


Il devient difficile de s'y retrouver avec toutes les informations que l'on a désormais. On entend tout et son contraire sur à peu près…tout!

Je vais vous aider à y voir un peu plus clair. Je vais vous donner un cadre dans lequel évoluer et y adapter votre nutrition selon vos besoins.


En ce qui concerne mon alimentation :


Suite à l'arrêt notamment de la viande pour des raisons éthiques et aux bienfaits inattendus ressentis sur ma santé (voir l'article "Mon histoire...en détails"), j'ai passé 6 ans sans manger de viande, sur ces 6 ans j'ai été végétalienne stricte pendant 2 ans et demi. Je le suis devenue en Australie où c'était assez facile et les conditions le permettaient : Climat chaud où je vivais, accès partout à des produits locaux, frais, bio, et de saisons avec une grande variété toute l'année puisqu'ils ont tous les climats.

Je consommais également très peu de gluten puisque là bas le pain n'est pas du tout habituel à chaque repas. La conscience sur la nocivité du gluten est bien plus développée chez eux et j'en consommais donc rarement.


Aujourd'hui, pour des raisons de santé, je re mange de tout (même de la viande et du poisson) en quantité raisonnée et surtout des produits de qualité. Je tend à me rapprocher du régime Seignalet. J'essaye toujours de limiter les céréales et le gluten, et de consommer du gras qualité.

Remplacer les protéines animales par du soja occasionnellement pour ma part ça passe mais pas sur le long terme ni en grande quantité (ma thyroïde me le fait vite sentir!).


J'ai appris à écouter mon corps et ce qui lui fait du bien ou pas.

Dans tous les cas je ne veux plus m'associer ou me définir par tel ou tel mouvement. Désormais je tends à manger le plus local, bio, et végétal possible en intégrant une belle part de cru/fruit frais et en faisant attention au gluten et au soja. J'essaye de consommer environ 80% végétal et 20% de produits animaux.

Rien n'est fixe car nos besoins changent constamment. Il faut apprendre à les écouter et agir en fonction.

Je reviendrais peut-être à un régime végétarien voir vegan un jour mais pour l'heure ce n'est pas ce qui me convient. Ma santé passe avant tout.



Ce qui marche pour moi ne marchera pas forcément pour toi!




Il faut apprendre à tester, encore une fois à s'écouter, et pratiquer des changements en douceur.

Je dirais qu'il y a un cadre de base que tout le monde devrait tendre à suivre et puis il y a des subtilités à adapter en fonction de son mode de vie, de son activité, de son âge, de l'endroit où l'on vit, mais aussi en fonction de son tempérament, de la saison, etc.



Le cadre de base



- Manger brut et non transformé ou très peu transformé


Tout ce que vous achetez déjà prêt est rempli de cochonneries! Trop de sucre, trop de sel, des conservateurs, des additifs, des édulcorants, du gluten, et tout ce qu'on ne vous dit pas qui n'est pas obligatoirement mentionné sur le paquet...

Il faut manger au maximum des aliments entiers, bruts, (dans l'état où vous les trouveriez dans la nature car en soit même la farine est un aliment transformé!)


- Manger local, bio, de saison et varié


Privilégiez les circuits courts. En plus de faire travailler vos producteurs locaux vous optimisez la fréquence vibratoire de vos aliments. Un aliment nourrit de par sa valeur nutritionnelle, certes, mais aussi par sa fréquence vibratoire. Tout est énergie dans ce monde. Un fruit cueilli à maturité et consommé rapidement vous apportera une haute fréquence vibratoire et va aussi nourrir vos corps énergétiques. Par contre le meilleur des fruits qui est cueilli vert, qui aura voyagé plusieurs jours, et qui sera stocké dans des frigo, aura beau avoir une valeur nutritionnelle irréprochable sur le papier, il ne vous nourrira pas aussi bien que ça... Il n'augmentera pas votre fréquence vibratoire et va même plutôt contribuer à la faire baisser.

La nature a tout prévu et tout ce dont nous avons besoin se trouve autour de nous!

Mangez de saison bien entendu et variez vos aliments afin de couvrir toute la palette des besoins nutritionnels (attention à ne pas faire trop de mélanges sur une même assiette, mettez de la variété au fil des jours tout simplement).

Bien entendu mangez un maximum bio pour éviter de vous rajouter une couche d'intoxication avec les pesticides. Notre corps n'a vraiment pas besoin de ça en plus de tout ce qu'il subit déjà au quotidien!


- Faire la part belle aux végétaux mais sans en oublier les macro


Il est désormais largement reconnu que l'homme est fait pour manger un maximum végétal (fruits et feuilles vertes surtout), un peu de protéines, du bon gras (à ne pas négliger), des glucides (carburant principal du cerveau) et des plantes médicinales pour améliorer certains états.

Il est important de veiller à apporter des micro nutriments (vitamines et minéraux) mais il ne faut pas négliger les 3 catégories de macro nutriments pour autant (glucides, lipides, protéines) dans son alimentation quotidienne. Si vous supprimez une de ces catégories, vous allez le payer sur le long terme...



- Intégrer une part d'alimentation vivante quotidiennement


Il y aura plusieurs articles sur le sujet donc je ne développerai pas beaucoup ici. Mais brièvement je dirais qu'intégrer du cru (et si possible des aliments fermentés, lactofermentés, germés) ou du cuit à la vapeur douce est primordial. Nous sommes les seuls êtres vivants sur terre à manger… mort.

Nous sommes les seuls à faire cuire nos aliments avant de les consommer. Pour certains aliments c'est essentiel car il seraient sinon toxiques ou indigestes. Pour d'autres aliments ça aide à accéder aux nutriments enfermés dans les fibres trop dures pour nos intestins fragilisés. Mais pour beaucoup d'aliments la cuisson est délétère et nous prive de toutes les vitamines.

Mangez une portion voir deux de fruits crus tous les jours (idéalement au goûter et à manger plutôt seul, éviter en fin de repas si vous avez les intestins fragiles, j'y reviens plus bas).

Faites vous des légumes lactofermentés, des préparations fermentées, des graines germées et de temps en temps des smoothies ou des jus, des oléagineux (trempés quelques heures au préalable), etc...

Attention tout de même à y aller doucement avec le cru si vous avez les intestins fragiles, ou si vous êtes de tempérament VATA (selon l'ayurveda) ou encore si vous avez une faible vitalité.

Intégrer le cru dans son alimentation nécessite des changements très progressifs pour certains et ne veut pas dire qu'il faut manger tout cru tout le temps pour autant! Cela ne veut pas dire non plus manger que des salades ou des légumes crus en salade. Allez voir mes idées recettes crusine pour quelques inspirations!


- Limiter les produits laitiers, la viande rouge, le gluten


Vaste sujet aussi que je développerai dans d'autres articles.

Nous savons que les produits laitiers, les produits riches en gluten, et la viande rouge sont inflammatoires pour le corps si consommés trop souvent et de mauvaises qualité (voir mon article sur "Le problème n'est pas le problème").

Le blé d'aujourd'hui n'est pas le blé d'avant! Il a été génétiquement modifié pour contenir plus de gluten (la partie collante du blé) pour faire des pains bien moelleux...

Le gluten et les produits laitiers produisent beaucoup de mucus et de colle dans les intestins...pas très digeste tout ça. Si vous avez beaucoup de problèmes ORL, et les bronches souvent encombrées, posez-vous des questions!


- Fuir le sucre raffiné



La plupart des sucres même dit "sains" ne le sont en fait pas… un sucre est censé être dans un aliment entier. Les sucres en poudre, ou liquides, qu'ils soient extrait de fruits ou même de betterave, restent des sucres qui ont été extrait de leur environnement pour ne garder QUE le sucre. Un aliment donc qu'on ne retrouve pas à l'état naturel (sauf le miel) et que notre corps (plus particulièrement notre pancréas) ne sait pas assimiler ou peine fortement à assimiler. Un sucre est censé arriver dans le corps avec des fibres, des vitamines et des minéraux. L'isoler le rend nocif pour le corps. Comme quasiment tout ce qui est extrait de son environnement...Les fibres notamment ralentissent l'absorption du sucre dans le corps. Le sucre raffiné passe presque directement dans le sang et produit une montée trop forte du pic d'insuline.

Privilégiez le sucre des fruits frais, des fruits secs (les dattes et le miel sont parfais pour sucrer des gâteaux et autres préparations). Plus vous allez diminuer les sucres raffinés, plus votre palais s'habituera. Et si vous avez vraiment besoin de sucre raffiné pour une recette, préférez alors des sucres à faible indice glycémique. Le xylitol et le sucre brut de coco semblent être les meilleures alternatives.

Attention aussi aux farines trop raffinées et donc du pain blanc par exemple. Ils contiennent une grosse quantité de sucre! Les céréales sont principalement des sucres ne l'oublions pas.

Supprimer le sucre raffiné ne veut pas dire se priver de glucides pour autant! Les glucides sont le carburant du corps. Privilégiez les bonnes sources de glucides (fruits frais entier, légumes racines, céréales sans gluten ou anciennes, légumineuses, miel, fruits secs).


- Ne pas manger les fruits et les yaourts en fin de repas


Votre bol alimentaire met entre 45mn et 2h à être digéré selon ce que vous mangez. Les fruits mettent 20mn à être digérés. Imaginez donc que lorsque vous les mangez en fin de repas ils viennent se poser sur le reste du bol alimentaire et commencent leur dégradation dans l'estomac en attendant que le reste passe dans le duodénum. Pendant ce temps ils créent des fermentations, de l'alcool, des gaz….

Préférez-les en début de repas ou au goûter tout seul ou avec un yaourt (végétal).

Le yaourt et bien c'est même combat! Il est fermenté donc si il reste trop longtemps dans l'estomac avec d'autres aliments il va créer les mêmes désordres.

Si vous avez vraiment besoin d'une note sucrée en fin de repas, prenez plutôt un fruit cuit (type compote ou poire au four) ou un fruit sec, voir un carré de chocolat (un seul j'ai dit hein!).


- Mâcher, respirer, manger en conscience



On ne vous le répètera jamais assez : Mâchez!

C'est PRIMORDIAL et pour cause c'est LA base de la digestion, la première étape à ne surtout pas louper. On le sous estime malheureusement trop et c'est dommage car c'est le fait de bien mâcher qui va impacter tout le reste de la digestion. Votre salive commence la digestion et envoie les informations à votre estomac sur la contenance de votre bol alimentaire. Ce que vous avez dans la bouche doit être réduit en purée avant d'être avalé.

Evitez de manger dans le stress, cela va bloquer la digestion puisque le corps sera en mode "lutte ou fuite" donc pas le moment pour perdre du temps à digérer… Faîtes une petite série de respiration profonde sur 5mn pour vous détendre avant de passer à table. Cela vous aidera aussi à manger plus lentement.

Petite astuce si vous avez attendu d'avoir vraiment trop faim pour passer à table : Mangez un fruit! Il vous calera un peu le temps de préparer votre repas et il vous évitera de vous jeter sur votre plat pour l'engloutir.

Mangez en conscience. Posez le téléphone, éteignez la télévision et concentrez-vous sur votre assiette, ce que vous mettez dans votre bouche, les saveurs, la texture, l'odeur. Soyez présent, ici et maintenant.



Si vous suivez ces recommandations ce sera déjà un très bon début! Il ne faut pas non plus tomber dans la psychose de vouloir contrôler son alimentation à la perfection. Ne pas se culpabiliser et se faire plaisir est tout aussi important que ce que vous mangez.

Il faut aussi penser que ce qui vous nourrit ne passe pas que par l'alimentation... il y a aussi vos relations, vos activités, vos émotions, etc... Pensez donc à nourrir aussi votre âme ;)


Et pour régaler sainement vos papilles retrouvez les recettes sur ma page!



コメント


bottom of page